logo

PVT Canada : notre mini-bilan

Nous voilà à 2 semaines de la fin de notre visa d’un an au Canada (enfin théoriquement 3 mois, mais dans 2 semaines nous arrêtons de travailler pour prendre quelques mois de vacances ;)). Déjà 9 mois que nous sommes là, ces 9 mois sont ceux qui sont passés le plus vite de ma vie du haut de mes 24 ans (et demi).

Je peux d’ores et déjà tirer un mini-bilan de ma première expérience de vie en Amérique du Nord : FUCKING AMAZING. Bon y a eu des bas (notamment à Noël et au premier de l’an et entre mes deux contrats de travail) mais il y a surtout eu des moments de hauts et des gros pics de coolitude (escapade au niveau des Grands Lacs, matchs de hockey, chutes du Niagara, Antoine a été champion 3 fois de la Champions League sur FIFA…).

Je vais tâcher de répondre aux questions que les MILLIONS DE LECTEURS DE CE BLOG se posent sur notre expérience à Toronto pendant cette année. Voici mon témoignage :

1) VOUS AVEZ FAIT QUOI COMME JOB ?

gif boulot  PVT Canada : notre mini bilan

Au final, Antoine aura travaillé 8 mois dans une sandwicherie (il connait maintenant le vocabulaire des sandwichs en anglais à merveille et est incollable sur les différents types de bagels, REP A SA !!!). Je lui tire mon chapeau publiquement parce que passer 10h par jour à faire des sandwichs est une énorme prouesse mentale. Un gros sacrifice de sa part mais qui nous a permis de payer nos charges quand je n’avais pas de boulot. Merci mon amoureux ! <3

De mon côté, après avoir travaillé 2 mois dans un restaurant italien (j’ai appris à faire des anti pasti du feu de dieu et je sais faire la différence entre le Prosciutto Parma et le Prosciutto San Daniele à l’oeil nu, oui messieurs dames !),  j’ai trouvé un premier contrat d’un mois dans une grosse société de marketing médical. N’ayant pas de nouveaux projets avec la France (ceux qui me concernaient), mon contrat n’a pas été reconduit. Puis 2 semaines après, alors que j’étais dans la ferveur de la recherche d’un nouvel emploi, ils m’ont rappelée pour retravailler pour eux et c’est toujours pour cette société que je travaille actuellement et cela jusqu’à la fin du mois. Bon, je commence tous les matins à 6h30 donc debout à 5h30. Pour me réconforter je me dis que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt mais ça marche pas vraiment.

Le travail n’est pas passionnant (enfin ce n’est pas ce que j’aimerais faire toute ma vie, s’il faut être polie…) mais j’apprends pas mal de choses, je découvre un marketing que je ne connaissais absolument pas, des méthodes de management à l’américaine, et gros point positif : l’équipe au sein de laquelle je travaille est internationale et j’ai l’énorme chance de travailler avec une indienne, un brésilien, une roumaine-italienne, une serbe, une mexicaine, une française (elle est parisienne mais ça l’empêche pas d’être cool ! #troll). Ah oui, dans cette équipe il y a une Canadienne, QUAND MÊME ! ;)

Tous les jours en parlant à mes collègues, j’ai la chance de découvrir des pans d’autres cultures et de façons de penser.

Antoine, quant à lui, a eu des collègues russes, philippins, taiwanais, irlandais… Toronto, c’est ça : un cosmopolitisme incroyable. Au cours de ces 9 mois, je n’ai d’ailleurs rencontré que 4 personnes réellement canadiennes (sans “background” d’une autre nationalité). Complètement dingue… Le Canada attire des immigrants du monde entier en grand nombre (dont beaucoup de  Français !) et cela se reflète dans la diversité de ses quartiers (d’ailleurs à Toronto, comme à NYC, on trouve un China Town, un Greek Town, un Little India, un Little Portugal, un Little Italy…).

J’ai passé pas mal d’entretiens pour des postes intéressants dans le web ou le marketing. J’ai été jusqu’à passer un entretien final pour un poste (au Canada en général il faut passer 3 entretiens pour avoir le poste) mais après 1 mois d’attente, les résultats sont tombés et mon dernier compétiteur l’a eu (salaud ! ;)).  Tous les postes pour lesquels j’ai passé des entretiens étaient à 45K dollars canadiens, soit 33K euros. J’ai même passé un entretien pour un poste à 70K soit 51 K euros (le salaire que tu n’auras en France qu’au bout de 15 ans de carrière et encore…), mais je pense que mon anglais était un peu trop faiblard à l’époque. Et puis je n’avais un peu que faire du salaire puisque je cherchais avant tout un job intéressant. Alors oui, les salaires sont beaucoup plus élevés au Canada qu’en France, mais les employeurs paient aussi beaucoup moins de charges qu’en France, la vie est tres chere sur place et votre travail est plus précaire (on peut vous virer du jour au lendemain sans explication) donc le Canada n’est (je le répete) pas l’Eldorado.

Je suis super contente d’avoir pu en arriver là en tout cas ! Même si je n’ai pas trouvé de travail dans mon domaine (en réalité je n’ai cherché véritablement que pendant un mois donc ceci explique peut être cela), j’ai trouvé un job pas trop mal payé dans un pays étranger et je suis assez contente de ça. Il ne faut pas oublier que nous nous sommes arrivés dans un pays qui n’est pas le nôtre, sans maitriser ses codes et sa langue. Il fallait donc repartir de 0.

2) C’EST BIEN TORONTO ?

Dn1MB Imgur PVT Canada : notre mini bilan

Toronto, c’est d’la bombe. Toronto, c’est tellement bien que j’ai envie de revenir y habiter. La ville est la 4ème plus grande d’Amérique du Nord, mais il y a des parcs partout ce qui en fait une ville très aérée. J’aime cette ville, ses îles, sa skyline, sa Queen Street West, son China Town et ses soupes de noodles au canard à 5$, ses sushis et ses dragons à tomber, son Five Guys, ses bars. J’aime son cosmopolisme, sa CN Tower, sa grandeur, son Financial District, ses buildings, ses îles, ses food courts…

Notre quartier va me manquer terriblement (et j’avais pourtant la chance d’habiter un super quartier à Nantes), le luxe de traverser notre rue pour aller au Starbucks et au Hero Burger va me manquer, le choix infini de restaurants de toutes nationalités va me manquer, les canadiens, polis et avenants, vont me manquer, la propreté des rues va me manquer, et la tolérance générale envers tout individu quel qu’il soit également…

Le Canada en général va me manquer et la mentalité nord américaine me plait énormément (même si c’est comme partout, tout n’est pas bon à prendre. ILS N’ONT QUE 2 SEMAINES DE CONGÉS PAYÉS LES GARS ! VOUS VOUS RENDEZ COMPTE ?!!).

Au cours de ces 9 mois, on aura vécu du -25, du +38, une tempête de neige, une tempête d’orage qui a inondé la ville… Un truc de fou. Assez peu de pluie, ça a fait du bien à la nantaise que je suis.

En revanche, pour les transports en commun, nous allons être bien contents de rentrer en France car 130 dollars le pass mensuel pour un service assez médiocre, on a vu mieux ! ;)

3) VOUS VOUS ÊTES FAIT DES COPAINS ?

LolBitchPlease PVT Canada : notre mini bilan

OUI.

Je sais que ça doit vous paraître incroyable mais OUI NOUS AVONS DES AMIS ! :D

Evidemment, partir en PVT ne peut pas être comparé à un échange universitaire Erasmus ou autre en terme de connaissances. Nous ne sommes pas à l’université mais travaillons, nous sortons assez peu en semaine donc les seules occasions de rencontrer des gens se font potentiellement au travail.

Nous avons choisi depuis le départ de fréquenter le moins de français possible et de ne pas faire de la langue commune un prétexte d’amitié. Nous n’avons donc jamais été à des apéros d’expats ou de soirées PVTistes. A tord ou à raison mais cela nous convient.

Nos rencontres se sont faites par hasard, les personnes rencontrées ici sont devenues de vrais amis et nul doute que nous garderons des contacts avec eux après notre retour en France (bon Greg et Camille, si vous mettez la pâté à Nantes au foot, on risque de ne plus très bien s’entendre par contre…).

4) ALORS T’ES BILINGUE MAINTENANT ?

Jay Z so so PVT Canada : notre mini bilan

Bof. Bilingue signifie pour moi maîtriser parfaitement l’anglais. Je pense que mon niveau d’anglais est désormais laaaaaargement supérieur à celui de la moyenne des français mais c’est franchement pas une référence :D

J’ai énormément progressé à l’écrit, je comprends 95% de ce qu’on me dit et je suis capable d’entretenir des conversations simples et complexes avec des anglophones sans souci. J’ai du passer une bonne dizaine d’entretiens de recrutement en anglais et y suis plutôt habituée désormais (bon ça veut pas dire que mes entretiens sont bons mais c’est une autre histoire :D).

Je fais encore des fautes, je cherche encore mes mots certaines fois, et mon vocabulaire doit encore beaucoup s’étoffer mais je peux dire que je parle couramment anglais et les gens que je rencontre ici me disent que mon anglais est très bon (ils disent sans doute ça pour être poli mais I don’t care).

Bref, objectif atteint puisque je peux désormais travailler dans un environnement anglophone (et objectivement, c’était pas gagné DU TOUT, il y a en effet une vraie différence entre avoir un bon score au TOEIC et pouvoir travailler en anglais).

5) HEY VAZY APPRENDS MOI DES EXPRESSIONS QUEBECOISES CALICE !

UTo7S Imgur PVT Canada : notre mini bilan

Non, je n’en connais pas. Je vis à Toronto qui est dans la partie anglophone du Canada, donc tout le monde parle en anglais. Je n’ai d’ailleurs presque pas rencontré de Québecois ici.

Je ne pourrai donc pas vous faire d’imitations de l’accent québécois et faire le show (je vous sens déçus).

Bon par contre ayant travaillé sur un projet Québécois dans ma boîte, je peux vous dire que j’ai tiqué quand ils m’ont dit “bonjour” au lieu de “au revoir” à la fin d’une conversation téléphonique… Sans parler du Garou en musique d’attente (sans déconner).

6) LA FRANCE, ÇA VOUS MANQUE ?

Huuum, certaines choses nous manquent, d’autres vraiment pas. J’ai envie de revoir ma famille et mes copains.

J’ai envie de m’envoyer un seau de Moules-frites, j’ai envie d’une vraie baguette au beurre salé au sel de Guérande trempée dans un chocolat chaud, j’ai envie d’une galette à l’andouille. J’ai envie d’un Saint Marcelin, d’une salade tomates-mozza (oui je sais que la mozza n’est pas française mais au moins tu en trouves à moins de 9$), de foie gras, d’une Leffe Triple, d’une raclette avec une bonne bouteille de rouge, de quelques verres de Muscat au Bidule…

Pour le reste par contre c’est plus compliqué… Suivant quand même l’actualité française régulièrement, j’ai l’impression que la France c’est quand même pas mal la merde en ce moment donc vous comprendrez ma réticence globale…

La France qui râle tout le temps ne me manque pas. La France lente mais orgueilleuse m’exaspère… Je crois que cette année à l’étranger m’aurait faite voir à quel point les français sont impolis, arrogants et pessimistes. Je vais avoir du mal à me réhabituer à ça ! ;)

Globalement, à part la bouffe, mes copains et ma famille, la France ne me manque pas. Mais comme c’est déjà beaucoup, elle me manque quand même un peu (vous me suivez ?).

GRP4xff Imgur PVT Canada : notre mini bilan

8) C’EST QUOI LE PROGRAMME ?

Même si nous avons déjà passé 9 mois de ouf malade, je crois que le meilleur reste à venir. Dans deux semaines à peine, nous commençons nos deux mois de vacances et je pense que ça va envoyer du gros lourd.

Voici notre programme pour les prochains mois :

- Deux semaines et demi de road trip à travers le Canada avec ma soeur et son fiancé. Montréal, Québec, le Saint Laurent, New Brunswick, la Nouvelle Ecosse. Objectif principal : voir les baleines, que nous pourrons normalement observer à deux endroits de notre parcours. Si je ne vois pas de baleines, je tue des chatons.

- Une semaine à NYC (située à 8h seulement de Toronto, l’aller-retour en bus est à 70 euros par personne, ce serait dommage de s’en priver :P)

- Une semaine à Chicago #gangsta

- Une semaine en camping autour des Grands Lacs histoire de faire le plein d’espaces verts avant de partir

- Une semaine en Islande sur le chemin du retour en France. J’y pense quasiment tous les jours tellement j’attends ce voyage avec impatience. 8 jours vont être trop courts pour faire le tour de l’île mais je pense qu’on aura un très bon aperçu et nous aurons le temps de faire le Cercle d’Or.

- Et parce qu’il faut savoir profiter du peu de moments dans une vie sans impératifs, nous venons de réserver nos billets pour passer un mois en Asie en janvier prochain. Thaïlande, Cambodge (Angkoooooor) et Vietnam au programme. Billets à 500 euros l’aller-retour, on a sauté dessus.

Normalement donc, pas mal de régalades en prévision. Vous devez vous dire qu’on est des gros bourgeois pour pouvoir faire tout ça… mais en fait pas du tout. En étant immigrés au Canada nous arrivons à faire plus d’économies qu’en travaillant dans notre propre pays (pas de taxe d’habitation, 25$ de facture d’électricité, moins de dépenses en bières (!!)…) et nous mettons de côté tous les mois depuis le début de notre expérience afin de profiter sans trop de contraintes à la fin de notre visa et ne pas avoir trop la pression en rentrant en France.

Alors non, nous n’avons quasiment pas dépensé dans les fringues, les geekeries et avons sacrifié notre “bio way of life” française pour la nourriture à pas cher. Mais avec le programme de voyages que nous nous sommes concoctés, je pense qu’on va pas le regretter (faut savoir ce qu’on veut).

Je pense qu’on reviendra de ces voyages avec pas mal de trucs à raconter et des papillons dans le coeur. La vie c’est quand même super cool.

Pour fêter ça, danse de la joie (ouai je sais, je suis relou avec mes gifs) :

PqIYN Imgur PVT Canada : notre mini bilan

7) VOUS ALLEZ FAIRE QUOI EN RENTRANT EN FRANCE ?

Boire des bières en mangeant du saucisson.

Non, en vrai, bonne question.

Pour l’instant, rien de fixé. Nous ne savons pas si nous allons revenir nous installer à Nantes. Si nous ne revenons pas à Nantes, nous ne savons pas encore dans quelle ville notre choix se portera, tout dépendra des opportunités que nous aurons.

De mon côté, j’ai pas mal d’idées de projets à but non lucratif (oui c’est con), à voir si je me lance à Nantes ou ailleurs.

Comme on est partis sur notre lancée, je cherche un contrat en VIE (comme des centaines de milliers de gens) mais encore une fois, aucun impératif.

Bref, on est dans le flou, on ne sait pas ce qu’on va faire de nous mais ça ne peut pas être pire que l’année dernière quand nous sommes arrivés ici sans logement et sans travail. Si nous avons réussi à nous en sortir dans un pays étranger, y a pas de raison qu’on ne s’en sorte pas dans le nôtre (j’y crois A FOND !).

D’ici quelques mois donc, rebonjour Pôle Emploi !

naked gun facepalm PVT Canada : notre mini bilan

 

Pour conclure, une experience super positive ! On ressort vraiment grandis et avec une grande prise de recul de cette année au Canada. Cette expérience nous servira probablement toute notre vie.

Si vous avez envie de tenter l’aventure, allez-y, ce sera sans doute compliqué parfois mais le jeu en vaut vraiment la chandelle ! :)

loading PVT Canada : notre mini bilan hellocoton PVT Canada : notre mini bilan
A propos de l'auteur :
 PVT Canada : notre mini bilan Bénédicte (56 articles)

25 ans, bretonne 100% pur beurre salé. Je suis passionnée par les nouvelles technologies, les voyages, la cuisine, et les photos de chiens déguisés (sic). Mon film préféré est Dirty Dancing et je l'assume complètement.

Twitter PVT Canada : notre mini bilanGoogle Plus PVT Canada : notre mini bilanPinterest PVT Canada : notre mini bilan



23 Responses to “PVT Canada : notre mini-bilan”

  1. ifeelblue says:

    je suis restée seulement 3 jours à Toronto, mais j’avais bien aimé aussi. Profitez bien de la fin de votre PVT! ça me rappelle des souvenirs… sauf que nous on est resté ;)

    • Béné says:

      @ifeelblue: On adore cette ville ! Merci :) Si j’avais trouvé un travail on serait restés aussi mais c’est pas grave, c’était pas du tout notre objectif de départ :)

  2. jerome says:

    halala ça donne envie :)

  3. Lisa says:

    Euhhh NYC 5 h ?? Tu veux dire 8 h je pense… Et encore ça c’est si t’es pas bloqué 1 h à la douane. Même de MTL, NYC est à 6h, sans compter la douane.

    Bon sinon, j’ai envie d’une baguette maintenant…

    J’espère que pour nous aussi, la nouvelle aventure est proche :)

    • Béné says:

      @Lisa: Ouai j’avoue je me suis un peu enflammée, à la base on devait y aller en avion (et entre check in et vol tu mets 5h) c’est peut être pour ça ^^ Surtout que j’ai les billets de bus et on met 10h donc je sais pas pourquoi mais j’ai complètement buggué ! :D Je vais corriger !
      Mais oui mais oui on y croit fort pour votre nouvelle aventure aussi ! (et peut être qu’on se retrouvera un jour qui sait ? ;))

  4. Greggy B says:

    Bon petit article !
    D’accord avec toi sur la plupart des points.
    Hate de vous revoir <3

  5. Lucile says:

    Moi je dis vous avez raison d’en profiter vous êtes jeunes, vous avez le temps de vous prendre la tête avec le CDI :P ENJOY donc !

  6. damusnet says:

    Go Go Go non lucratif WTF/FTW! Sérieusement, sur un malentendu ça peut passer, et faut faire ce que tu aimes.

    (et sinon, le point 7 est après le point 8 ^^)

  7. Mathilde says:

    Merci pour ce bilan, c’est toujours intéressant d’avoir différents témoignages.
    Toronto restera notre coup de cœur, on attend juste notre RP (à Montréal) pour y retourner !
    Bonne continuation.

    • Béné says:

      @Mathilde: Désolée pour cette réponse plus que tardive (les vacances toussa !) mais bienvenue par ici ! Moi aussi après avoir été visiter Montréal pendant 3 jours, je reste définitivement fan de Toronto ! Surtout de son cosmopolitisme et de Queen Street West <3

      Bonne chance pour la RP en tout cas et bonne continuation ! :)

  8. juliette says:

    Très chouette ce bilan ! J’adorerais partir vivre à l’étranger, mais j’ai un mari qui a un travail alors c’est compliqué (pfff) !

  9. léa says:

    Hey !!!
    J’adore votre site/blog, il m’aide à panifier mon prochain voyage car vos explications, photos… sont géniales!
    j’ai vu que vous souhaiteriez allez en islande 8 jours à votre retour, je l’ai fait cette été avec le même nombre de jour. Nous avons pu faire beaucoup plus que le cercle d’or certe pas tout le tour mais casiment tous le sud. Si jamais vous voulez des petits coin sympa et a ne pas loupé je vous laisse mon mail ( lea.alglave@gmail.com). Dont la source d’eau chaude près de hveragerdi peu connu, c’est vraiment la rivière enchanté, magique! on a fini le cercle d’or par ça. ;)

    Merci de faire partager vos voyage

    • Béné says:

      @léa: Oh merci beaucoup, je suis super contente que ça te plaise !! Merci beaucoup pour ton mail, je vais peut être faire appel à tes conseils alors :) Je note précieusement le nom de la rivière enchantée ;)

      Merci beaucoup d’être passée par ici et d’avoir laissé un petit mot ! :)

  10. Sweapee says:

    je me retrouve totalement dans cet article et je pense que la plupart des pvtistes torontois s’y retrouve car tu nous fait un bon résumé de l’expérience PVTIste. Pour ma part à mon retour je recherchais un VIE que je n’ai tjr pas trouvé et j’ai enfin trouvé un poste après 9 mois de galère alors bon courage à vous

  11. Claude says:

    salut salut
    Je n’ai pas encore fini de lire votre blog mais j’aime beaucoup.
    Je suis en préparation de mon PVT.
    Je me reconnais un peu dans vos objectifs de PVT.
    Je voulais vous demandez dans quel quartier vous vous êtes installés? Et sivous avez des adresses d’auberge de jeunesse ?
    Car je suis en plein dans mes recherhces.
    Merci d’avoir partager votre aventure avec nous, en montrant les bon comme les mauvais côtés.
    Pour ma part j’aime mieux ce genre de description au lieu de voir la vie en rose comme certains.
    Bonne continuation à vous

  12. [...] Le côté obscur du PVT, chez Béné (qui a aussi fait un “bilan” de ses 9 mois passés à Toronto et donne quelques feedbacks sur les villes où [...]

  13. Passionnant ! J’ai retrouvé le Canada dont je suis tombée amoureuse l’été dernier.

Leave a Reply

Get Widget